Autour du terril du CERISIER à Marcinelle

terril du Cerisier vu de la prairie 053

Situé en périphérie Sud de Charleroi, à environ 3,6 km de la Sambre, le terril du CERISIER s’intègre à un environnement de type bocage, ces prairies et pâtures cerclées de quartiers résidentiels qui bordent le Bois de la Magneroulle au lieu-dit Champ de Courses à Marcinelle. De forme conique, il culmine à 215 m d’altitude et domine d’environ 60 mètres le plateau environnant. Le terril est en grande partie boisé à l’exception du versant Sud qui montre encore de vastes zones ouvertes et du sommet.

IMG_6518

Le Sentier des Terrils GR412 le côtoie de près, entre la rue du Bois-Madame et la rue de la Bruyère. Longeant le terril par le Nord, le GR412 emprunte le tracé de l’ancienne ligne de train L133 Jamioulx-Marcinelle Haies-Couillet-Montignes. Des échaliers permettent la traversée des zones de passage du bétail. 

Le terril du CERISIER fut engendré par le siège n°23 des Charbonnages de Monceau-Fontaine. Le puits du n°23, situé le long de l’avenue Mascaux, a cessé ses activités en 1966 (et non 1956 comme annoncé précédemment). La digue (au centre de l’image) supportait le pont aérien du déversoir venant du charbonnage du Cerisier. Les arches du pont en béton indiquées sur le topo-guide des Sentiers de Grande Randonnée ont disparu. 

terril du Cerisier cheminement ferroviaire le long des terrains de foot067

Cette digue du chemin de fer transportant les terres depuis le charbonnage vers le terril subsiste mais les ponts sur la rue Bois Planté et l’avenue Mascaux ont été supprimés.  

Des mares apparaissent généralement à la base des terrils, comme aux pieds du terril du Cerisier.

IMG_6540

Les innombrables sentiers escarpés au sol charbonneux sont autant d’invitations à gravir le sommet. Des bouleaux et des chênes ont colonisé les versants.

IMG_6530

Depuis le sommet, un pays vert, le Bois de la Magneroulle, le Bois du Prince, la forêt de Charleroi.

IMG_6528

Le terril du CERISIER est un site de Grand Intérêt Biologique. (www.biodiversité.wallonie.be)

Parallèle au Sentier des Terrils, la trouée de l’ancienne ligne de chemin de fer industriel L133 longeant le versant Nord du terril à proximité de la rue de la Bruyère.

A la rue de la Bruyère, le GR412 quitte le bois de la Magneroule devant le bâtiment principal de l’IPSSMA (Ecole Sociale) . Cette bâtisse abritait le phalanstère du charbonnage du Cazier, lieu d’accueil pour les mineurs à leur arrivée à Marcinelle. 

Bas-relief dédié à sainte Barbe sur la façade de l’ancien phalanstère.

Si ce n’est la proximité des deux terrils (ici le terril du Cazier), peu de traces subsistent des activités industrielles qui se sont déroulées à proximité. 

Le nom des rues de la Gare et du Débarcadère évoquent la gare de Marcinelle-Haies sur la ligne 133 Couillet-Marcinelle-Jamioulx mise partiellement hors-service en 1934 et qui se trouvait à l’emplacement du grand parking de l’Institut d’enseignement spécial.
Ce quartier de la Bruyère abritait un certain nombre d’exploitations à vocation industrielle desservies par la gare proche. 
Exploration-mémoire: Avenue Mascaux N577 à Marcinelle au lieu-dit Ferme Bal. Vestige du siège 23 du charbonnage du Ceriser. Le charbonnage a cessé ses activités en 1966. Il ne subsiste du site que quelques murs en ruine, l’ancienne digue du transporteur et la dalle du puits. 
Cachés dans la végétation, la digue et les arches du pont en béton entre le puits et l’avenue Mascaux. 
La dalle du puits. 

Plus de traces visibles du charbonnage depuis l’avenue Mascaux…Le pont monumental à disparu. Une rangée de maisons a disparu dans le cadre des travaux d’aménagement de la bretelle autoroutière A503.  

Rangée de maisons ouvrières entre les puits n°23 et n°12 des charbonnages de Monceau-Fontaine-Marcinelle-Nord sur l’avenue Mascaux à Marcinelle. 

commentaires
  1. eddy piron dit :

    Le terril du cerisier est superbe!

  2. Dellisse Michèle dit :

    Bonjour!

    Professeur d’Histoire, je me passionne pour les sites des anciens charbonnages.
    Je constitue petit à petit des dossiers photos et reportages émouvants d’anciens mineurs.
    J’habite BXL et ne connais pas encore tous les vestiges des anciens sites… Pourriez-vous faire 1 visite guidée de celui-ci? Cela m’intéresse beaucoup!

    • Bonjour Michèle. Merci pour votre commentaire. Ces quelques photos de l’ancien site du Cerisier sont à considérer à titre documentaire. Il n’y a pas de vocation de sauvegarde ou de mémoire sur ce site. Il est préférable que vous fassiez la visite du Bois du Cazier et de son Centre de Documentation (prendre rdv dans ce cas: info@leboisducazier.be) lequel vous apportera tous les éclairages nécessaires à votre approche des charbonnages du bassin de Charleroi. Pour plus d’infos et demandes précises, n’hésitez pas à nous contacter par mail. A bientôt!

  3. Zoccali dit :

    Pouvez-vous m’aider, Je cherche l’origine du lieu dit clos du bois de la Magneroule à Marcinelle.

    Merci à vous.

    Salutations,
    Alex Zoccali

    alex.zoccali@cfwb.be

    • Bonjour à vous. J’ai juste une petite info: La carte Vandermaelen cite le nom du Bois de la Magnerouille en 1850. La carte de Ferraris en 1777 donne à cet endroit le nom de Bois des Religieuses. Un lecteur aura peut-être approfondi le sujet…

  4. Andre dit :

    L’année 1956 n’est pas correcte. Le charbonnage du Cerisier a cessé dans les années 60, probablement vers 1966. Je suis né en 57 et j’ai habité à 500m du Cerisier, j’ai encore bon souvenir du transporteur aérien qui traversait les prés vers le site de triage, rue des Hiercheuses, ainsi que des wagonnets qui passaient le long de la plaine des jeux de Marcinelle.

    • Merci pour votre commentaire et pour ces souvenirs précieux. Vous avez raison, la date de fermeture du Cerisier est datée à Juillet 1966. Le pont aérien existait toujours au pied du terril en 2008, il a été détruit depuis lors, tout comme le pont qui enjambait l’avenue Mascaux.

  5. Andre dit :

    une photo du pont aérien en 1966 ( Facebook GTF)

  6. Th. Deguent dit :

    Il est désormais menacé, malgré tout son intérêt, par le projet d’autoroute E420 qui longera (longerait ?) le quartier du Champ de Course, pour se raocorder à l’A503.

    Thérèse

  7. Th. Deguent dit :

    Malgré tout son intérêt, il va être très abîmé, sinon détruit, si le projet de passage de l’autoroute E420 par le bois de la Magneroule, avec raccordement à l’A503 se réalise.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s