Marchienne-au-Pont, terrils SAINT MARTIN, SAINTE BARBE, HAMEAU…

Fidèle à sa vocation d’un cheminement en découvertes, le GR412 propose à Marchienne une succession de sites à caractère industriel et historique où les traces  des siècles se superposent.

Le château de Cartier. L’embarcadère de plaisance sur la Sambre, en aval de la haute-Sambre (Aulne, Thuin, Lobbes) et en amont du port autonome de Charleroi et de ses bassins industriels.

Le Bateau-Chapelle mouille au pont de Marchienne depuis plus de 50 ans.

Le terril du Hameau vu du pont sur la Sambre à Marchienne. Il est un des derniers témoins de la vocation industrielle de Marchienne et de Monceau-sur-Sambre, sa voisine. Dominant la Sambre, il jouxtait les installations du charbonnage n°19 de Monceau-Fontaine et les hauts-fourneaux des AMS-nord de Monceau, aujourd’hui disparus. 

En cheminant le long de la Sambre, il suffit de descendre vers le château de Cartier pour découvrir ce beau passage qui ramène les piétons vers la route de Beaumont et l’église.

Chemin faisant, le cheminement du GR412 va côtoyer d’anciens lieux liés au charbon. La rue Georges Tourneur au bout de laquelle (500m.hors GR) se trouvait le puits n°19 dit des Bas Longs Prés qui fut le puits de mine le plus profond ( 1450 mètres), la rue de Montpellier et ses maisons bourgeoises, l’Impasse sainte Barbe, puis la rue de Zône et son coron proche, autant de rues liées aux charbonnages marchiennois aujourd’hui tous disparus. 

Dans le prolongement du coron se trouvait le charbonnage de SAINT-MARTIN. C’est aujourd’hui une école d’enseignement spécial (IMP de Marchienne).
Le GR412 longe par la rue de Zône le terril de SAINT-MARTIN qui est visible à l’arrière-plan de l’image ci-dessus. Le terril SAINT-MARTIN créé au 19ème siècle est enclavé dans la parcelle de l’ancien puits Saint Martin. 

La vue ci-dessus est prise depuis le fond du cimetière de Marchienne-au-Pont, route de Beaumont. 

En 1824, les charbonnages de Saint Martin sont crées par la famille de Cartier.
Trois puits sont percés sur la concession: Saint-Martin à la route de Beaumont, Sainte-Sophie au pied de l’actuelle rue Ali Autome et le puits Sainte-Barbe dont l’impasse porte encore le nom. 

Le terril Leveau Sainte-Barbe se trouve …Impasse Sainte-Barbe. Cette impasse démarre au croisement de la rue de Montpellier avec la route de Beaumont. (200m hors GR).

En 1850, la production des puits est importante, la grande industrie se développe, les lignes de chemins de fer du Nord acheminent le charbon, le transport fluvial demande des aménagements sur la Sambre, des corons sont créés. (…)En 1869, le puits Sainte Barbe décline, l’eau a raison des autres puits saint Martin et sainte Sophie. 

Sources: Masset, P.A.(1895) Histoire de Marchiennes.

Un balisage GR bien sage à côté des tags et autres graffiti urbains dans ce passage sombre et pas vraiment rassurant sous la voie ferrée Charleroi-Erquelinnes et la tubulure de Marchienne-Zône vers Mont-sur-Marchienne.



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s